L'OIT a cent ans

11 June 2019 06:44


 

En 2019, nous célébrons le centenaire de l'OIT. C’est la remarquable histoire d’une organisation sans égale qui s’est forgée sous les feux de deux guerres mondiales. Elle est née, avec la Société des Nations, dans le cadre du traité de Versailles qui a mis fin à la Première Guerre mondiale en 1919 et a été renouvelé avec la Déclaration de Philadelphie en 1944. Après la guerre, elle a fait partie des nouvelles Nations Unies.

Un centenaire c’est plus qu'un exercice d'histoire. Il s'agit de regarder dans le passé pour examiner le présent et tracer l'avenir. Il n’existe toutefois pas de meilleur prisme pour ce processus que les valeurs intemporelles qui ont présidé à la création et au renouvellement de l’OIT. C’est sur cette base que nous pourrons juger des succès et des échecs de l’OIT.

La création de l'OIT a consacré les aspirations humaines fondamentales et mis en place un système visant à favoriser le progrès social dans la communauté mondiale. Pour l'IBB, examiner la mission de l'OIT est loin d'être un exercice théorique, car nous fondons notre travail quotidien sur les principes, les normes et les objectifs de l'OIT.

Une paix durable ne peut être établie que si elle est fondée sur la justice sociale

L’OIT n’est pas seulement née des décombres d’une terrible guerre, qui a entraîné la perte tragique de millions de vies et des dégâts considérables, mais elle s’est également construite sur des centaines d’années de tensions et de conflits permanents interrompus par de brèves trêves plutôt que sur la réalisation de la paix réelle. Les conflits non résolus au sein des nations ont abouti à des conflits entre elles

Les sociétés saines résolvent les conflits plutôt que les suppriment. La démocratie, politique et industrielle, prévoit des processus de négociation entre des parties indépendantes capables de résoudre les conflits et de maintenir la cohésion de la société.

Nous sommes dans une période agitée. Pour ne donner qu'un exemple, des millions de réfugiés et de migrants sont chassés de leurs pays d'origine par la guerre, la pauvreté et des injustices flagrantes. Bien trop souvent, ils fuient dans des pays qui les « accueillent » avec haine, isolement et hostilité. Les valeurs de justice sociale et de paix de l'OIT, ainsi que les droits de l'homme, y compris les normes de l'OIT, constituent un espoir et un moyen de relever ces défis et de nombreux autres.

La main-d’œuvre n'est pas une marchandise

L'idée que la main-d'œuvre n'est pas une marchandise à acheter et à vendre sur le marché libre ne constitue pas seulement une distinction de principe entre les personnes et les biens, mais constitue une prérogative du progrès social. En éliminant les êtres humains de la concurrence, la concurrence peut être construite sur le socle de base de la décence.

L'élaboration et la mise en œuvre de normes universelles sur les droits humains et du travail pour les travailleurs, de même que de protections sociales au niveau national, en obligeant les entreprises à se concurrencer sur des facteurs autres que l'exploitation des travailleurs, ont rendu le progrès social possible.

Notre forme actuelle de mondialisation a toutefois remis le travail en concurrence. La déréglementation nationale a été remplacée par l'autorégulation des entreprises. La crise financière a montré ce que cela valait.

La législation nationale à elle seule ne suffit plus au respect des normes internationales du travail. L’affaiblissement et l’élimination des relations de travail ont contribué à la marchandisation des travailleurs.

Le principe selon lequel le travail n'est pas une marchandise n'est pas faux ni obsolète. L’impact social de la mondialisation prouve que cela est toujours valable. Cependant, pour les travailleurs et leurs syndicats, lutter pour faire en sorte que le travail ne soit pas une marchandise exige une solidarité à la fois internationale et nationale.

La pauvreté n’importe où, est une menace à la prospérité partout

Bien qu'il y ait eu une réduction de la pauvreté dans quelques pays au cours des dernières décennies, les inégalités se creusent, tant à l'intérieur des pays qu'entre les pays. Selon le Rapport sur les inégalités dans le monde - World Inequality Report- , depuis 1980, les 1% des personnes les plus riches ont accaparé deux fois plus de la croissance économique mondiale que les 50% de personnes les plus pauvres.

Les organisations membres de l'IBB peuvent constater une inégalité croissante au niveau national dans la plupart des pays. Au niveau mondial, nous observons cette tendance, y compris dans nos industries. L’un des objectifs de la solidarité de l’IBB c’est de lier des syndicats relativement forts à des syndicats plus faibles afin qu’ils ne soient pas obligés de mener une lutte isolée et puissent tirer parti des progrès historiques et du dialogue social dans d’autres pays et, dans certains cas, où nous avons des accords mondiaux, au niveau international. Notre message à tous les travailleurs de nos secteurs est le suivant : « Vous n'êtes pas seuls ».

Les droits entiers de s'organiser et de négocier dans le monde entier réduirait les inégalités, mais ce n'est pas seulement le lieu de travail qui est devenu plus injuste. Des changements s'imposent également dans les domaines de la fiscalité, où les entreprises et les riches bénéficient de plus en plus de réductions d'impôts, ainsi que de l'amélioration de la qualité et de l'accès aux services publics, gravement endommagés par l'austérité et les privatisations du gouvernement.

La liberté d’expression et d’association est essentielle à un progrès durable. L'OIT a adopté des centaines de conventions qui, lorsqu'elles sont ratifiées, deviennent des obligations conventionnelles des gouvernements, de même que des recommandations, des normes plus détaillées sur lesquelles la législation du gouvernement peut s'appuyer. Ces normes couvrent un large éventail de domaines qui s'appliquent à tous les travailleurs, allant de la sécurité et santé au travail, à la sécurité sociale, au travail des enfants, en passant par le travail forcé. Elles traient également des problèmes dans des professions et des secteurs spécifiques, avec des normes, des directives et des codes. Des instruments ou des directives sectorielles ont été élaborés pour la construction et la foresterie.

L’OIT a mis au point le meilleur système de contrôle des normes de tous les organismes du système des Nations Unies. Les États-nations ont l'obligation de produire des rapports et leurs rapports sont examinés par la Commission d'experts des conventions et recommandations de l'OIT. L'IBB et d'autres organisations syndicales ou patronales peuvent soumettre des plaintes au Comité de la liberté syndicale de l’OIT. Des questions peuvent également être soulevées avec les experts. Ces mécanismes ont apporté des résultats tangibles. Des syndicalistes ont été libérés de prison, des syndicats ont été reconnus, des lois ont été modifiées et des négociations ont eu lieu.

La situation pourrait être meilleure

De nombreux gouvernements ont ignoré leurs obligations découlant des traités. D'autres, notamment de très grands pays comme la Chine, les États-Unis et le Brésil, n'ont pas ratifié les conventions fondamentales sur la liberté syndicale, le droit de s'organiser et de négocier collectivement.

Sa structure tripartite a été un tel succès que l’adoption de normes satisfaisantes et d’un contrôle strict de ces normes a été couronnée de succès. Cependant, au cours des dernières années, les employeurs sont devenus de plus en plus hostiles à la commission d’experts de l’OIT et de moins en moins soucieux des normes fondamentales en matière de liberté des travailleurs, notamment en ce qui concerne le droit de grève.

L’Organisation Internationale du Travail n’est pas toujours aussi vigoureuse que nous le souhaiterions, en particulier au niveau des bureaux nationaux avec des violations des droits des travailleurs, même si ces bureaux ont des mandats clairs. L'OIT est soumise à des pressions budgétaires et est de plus en plus tentée de rechercher et d'accepter des fonds d'entreprises privées. De tels partenariats public-privé soutiennent rarement, voire jamais, le droit des travailleurs de s’associer librement et de former des syndicats ou de négocier.

Les valeurs de l'OIT continuent de fournir une vision, des orientations et de l'espoir

L’extension des principes de nombreuses conventions de l’OIT aux entreprises a été acceptée par le Conseil d’administration de l’OIT en 1977 lorsqu’il a adopté la Déclaration de principes tripartite de l’OIT sur les entreprises multinationales et la politique sociale. La Déclaration n'a pas été appliquée efficacement, mais le principe consistant à guider les entreprises avec des normes élaborées pour les gouvernements est toujours d'actualité. Les Principes directeurs relatifs aux entreprises et aux droits de l'homme des Nations Unies étendent en fait les principes de tous les droits de l'homme, y compris les normes du travail de l'OIT, aux entreprises. Elles sont censées respecter ces droits même si les gouvernements ne les obligent pas à le faire. Ces principes ont été adoptés en 2011 et leurs dispositions clés ont été incorporées dans les Principes directeurs de l'OCDE à l'intention des entreprises multinationales la même année. Les entreprises ont l'obligation de respecter les relations de travail, y compris les sous-traitants et les chaînes d'approvisionnement. Peut-être plus que toute autre organisation syndicale, l’IBB a intégré ces principes dans ses stratégies d'entreprise.

Edward Phelan, directeur de l’OIT à l'époque de la Déclaration de Philadelphie, a écrit : "L'OIT incarne dans ses objectifs et ses actions certaines des aspirations les plus profondes de l'humanité."

Ces aspirations sont nôtres. L'IBB applique ces valeurs et ces normes dans sa lutte quotidienne pour les travailleurs de nos secteurs. Ils sont au cœur de nos stratégies d'entreprise, de notre dialogue social mondial, des accords-cadres internationaux, de la syndicalisation de tous les travailleurs, y compris des travailleurs migrants, de la formation aux relations professionnelles et à la santé et la sécurité au travail, ainsi que de nos campagnes sportives mondiales pour le travail décent.

Dans le cadre de ses travaux, l'IBB et ses affiliés ont obtenu l'appui de l'actuel directeur général de l’OIT, Guy Ryder. L'un des principaux problèmes auxquels il a été confronté lorsqu'il a pris la direction de l'organisation était la migration de la main-d'œuvre, reconnaissant que plus de 70% des travailleurs migrants étaient à la recherche d'un travail décent. Fervent partisan de l'IBB et des autres syndicats mondiaux dans la négociation d'accords-cadres internationaux, le directeur général a assisté à la signature de plusieurs de ces accords, comme celui que l'IBB a signé avec Vinci, QDVC et Stora Enso à l'OIT. Récemment, l’OIT a adopté une approche plus globale dans le domaine du sport en participant à des mécanismes mondiaux pour faire en sorte que le sport soit exempt de violations des droits de l’homme et des droits des travailleurs.

Nous partageons avec l’OIT sa valeur la plus fondamentale ; les travailleurs devraient pouvoir se regrouper pour former des syndicats indépendants de leur choix, définir eux-mêmes leurs intérêts et négocier avec leurs employeurs. Oui, cela signifie des salaires, des heures et des conditions de travail, mais, plus important encore, cela signifie également la dignité humaine fondamentale.