Ghana : Les membres de la Brigade SST de l'IBB font pression pour une loi sur la santé et la sécurité

L'IBB, dans le cadre de ses efforts continus pour rendre les lieux de travail plus sûrs au Ghana, a organisé du 8 au 10 novembre dernier une formation en présentiel de trois jours pour les membres des Brigades sur la santé et la sécurité au travail (SST) afin de renforcer la capacité de ses affiliés syndicaux dans le pays à aborder les questions de santé et de sécurité.  


Au total, 20 syndicalistes de Timber and Woodworkers Union (TWU), de Public Services Workers Union (PSWU), de Public Utilities Workers Union (PUWU), de Construction, Building Material, Workers Union (CBMWU) et de General Construction Mining and Quarry Workers Union (GCMQWU) ont participé à la formation.  


La formation est une suite du cours en ligne des Brigades SST de l'IBB. Elle a été animée par Teresa Nadia Abugah, responsable à la protection sociale, à la sécurité, à la santé et à l'environnement au travail du Trades Union Congress, qui a animé les ateliers physiques. Elle a utilisé des techniques d'apprentissage pour adultes, des présentations vidéo et des exercices de groupe pour susciter une meilleure participation des participants.  


À l'issue de la formation, les participants ont décidé de lancer une campagne pour faire pression en faveur de l'adoption du projet de loi SST du pays, qui est au stade de la rédaction depuis 2017. Ils ont également appelé à une révision et une mise à niveau de la loi sur l'indemnisation des travailleurs pour mieux répondre aux nouvelles réalités du travail.  


Une campagne de sensibilisation pour appeler à la création de comités SST sur les lieux de travail a également été discutée, ainsi qu'une campagne pour se joindre à l'appel mondial lancé à l'Organisation internationale du travail (OIT) pour reconnaître la SST comme un droit fondamental de tous les travailleurs.  


Les syndicats affiliés à l'IBB ont expliqué que si la loi sur le travail du Ghana contient certaines dispositions en matière de SST, elles ne sont pas suffisantes.