L'IBB et la FIFPRO organisent une coupe des travailleurs migrants au Qatar

Quelques mois avant que le Qatar n'accueille la Coupe du monde de la FIFA 2022, l'IBB et la FIFPRO ont organisé le 30 mars une coupe amicale de football pour célébrer les travailleurs migrants et reconnaître leurs efforts pour rendre possible leur rêve mondial d'égalité des droits du travail. 


Baptisée "Coupe des travailleurs migrants", les travailleurs migrants qui ont construit les stades et fourni d'autres services sont montés sur scène et ont joué au football avec des joueurs de football professionnels et de jeunes dirigeants syndicaux pour célébrer le travail et le sport comme leviers d'un changement social permanent.


Devant des invités issus des syndicats, de la société civile, des droits de l'homme et des associations de football, quatre équipes de travailleurs migrants, de footballeurs et de jeunes syndicalistes ont célébré l'égalité et la solidarité, et se sont livrées à une compétition amicale pour soulever le trophée de la Coupe des travailleurs.


Depuis que la Coupe du monde a été attribuée au Qatar en 2010, des millions de travailleurs migrants ont travaillé dur dans le secteur de la construction pour bâtir l'énorme infrastructure du tournoi et garantir que la Coupe du monde puisse se tenir. Les travailleurs de la construction ont fait l'objet de campagnes mondiales en faveur du travail décent, car ils représentent 45 % de la main-d'œuvre migrante au Qatar. Ils sont venus d'Inde, du Népal, du Bangladesh, des Philippines, du Pakistan et de plusieurs pays d'Asie du Sud-Est et d'Afrique. Ils ont tenté d'échapper à la pauvreté dans leur pays d'origine et, bien après la fin des jeux, ils continueront à faire partie de la main-d'œuvre du Qatar. 


Depuis plus d'une décennie, l'IBB fait campagne pour défendre leurs droits. Depuis 2016, grâce à la coopération du Comité suprême pour la livraison et l'héritage (SC), l'agence de livraison de la Coupe du monde de la FIFA 2022, des inspections conjointes de santé et de sécurité et des programmes de voix des travailleurs ont été autorisés. L'IBB a été témoin des progrès et de l'impact positif que ces réformes ont apporté aux travailleurs de la construction qui ont construit les infrastructures de la Coupe du monde 2022. Les réformes introduites par l'État du Qatar visent à étendre les droits et les protections de l'ensemble de la main-d'œuvre migrante du pays, qui représente environ 95 % de la population du Qatar.  


Cependant, des lacunes et des défis subsistent dans la mise en œuvre complète des réformes. L'IBB et d'autres parties prenantes estiment qu'une étape nouvelle et novatrice est nécessaire pour protéger les droits fondamentaux des travailleurs. C'est l'objectif de la proposition de création du Centre des travailleurs migrants au Qatar.  


"Il est maintenant temps que les progrès réalisés dans les stades de la Coupe du monde prennent racine dans tout le pays. Depuis de nombreuses années, l'IBB fait campagne pour un travail décent pour les travailleurs migrants au Qatar. Elle continuera à le faire même après que les projecteurs de la Coupe du monde se soient tournés vers un autre pays hôte. L'héritage de la Coupe du monde ne pourra perdurer que dans les protections, les libertés et les conditions des travailleurs migrants au Qatar. La création d'un centre pour les travailleurs migrants est une mesure concrète pour y parvenir", a déclaré Ambet Yuson, secrétaire général de l'IBB.


Commentant les événements, Dietmar Schäfers, vice-président de l'IBB et président du groupe de travail sur le sport, a appelé la FIFA à prendre la responsabilité de garantir l'héritage de la Coupe du monde en matière de droits du travail. "Braquer les projecteurs de la Coupe du monde sur le Qatar signifie assumer les responsabilités de toutes les obligations en matière de droits de l'homme qui en découlent. La Coupe du monde a permis de sensibiliser le public et d'encourager les parties prenantes à s'engager plus activement en faveur du sport en tant que force motrice pour faire progresser les droits de l'homme et du travail. Il est maintenant temps de garantir nos acquis par la protection et l'organisation des travailleurs d'en bas."