Le « syndicalisme novateur » érigé au rang d’objectif et de stratégie d’avenir de l’IBB

30 November 2017 14:05

 

"L’IBB entend faire du syndicalisme novateur son objectif et sa stratégie d’avenir, » tels sont les propos formulés par Ambet Yuson, Secrétaire général de l’Organisation. Dans le même temps, on constate que nos affiliés ont eux-mêmes engagé un processus d’innovation et de transformation syndicales. L’IBB a organisé trois sessions sur les thèmes « Nos industries » et « Nos droits ». Le Forum s’est tenu le 29 novembre 2017.

Dans un message vidéo, Hassan El Thawadi, Secrétaire général du Comité suprême pour les projets et l’héritage (SCDL), a déclaré : « Selon moi, la capacité d’accueil de la Coupe du monde pourrait changer bien des choses au Qatar, y compris les conditions de travail, avec l’appui de nombreuses parties prenantes. » Et d’ajouter : « Le Comité tire parti de l’expérience de l’IBB dans le domaine du bien-être social."

Dietmar Schäfers, qui assure la présidence du Groupe de travail sur les campagnes dans le domaine du sport, a souligné : « Il y a cinq ans, ils ne voulaient pas même parler avec nous et aujourd’hui, nous sommes le seul syndicat à avoir conclu une convention."

La session intitulée « Nos droits » a mis en lumière le travail accompli par les affiliés de l’IBB en vue de garantir les droits syndicaux et les droits des travailleurs à travers des campagnes novatrices et la mise en réseau. L’accent a été mis sur le lien entre sport et migration, les accords-cadres internationaux et l’organisation syndicale, ainsi que les réseaux de défense des travailleurs.

“La session intitulée « Nos industries » a mis en évidence le travail accompli par les affiliés de l’IBB dans la mise en œuvre de stratégies novatrices en matière d’Organisation-Négociation-Influence, et plus spécifiquement dans des domaines comme les matériaux de construction-le secteur du ciment, les réseaux mondiaux de multinationales, l’organisation dans les chaînes d’approvisionnement et de valeur et l’organisation dite « ascendante ». Nous avons souligné en particulier le succès de notre affilié en Ukraine qui est parvenu à la conclusion d’une convention collective avec Heidelberg, aboutissant à une augmentation de salaire de l’ordre de 60 pour cent. Le GTUBWW-Égypte a témoigné de son action qui visait à lever le voile sur les nombreux décès imputés au cimentier Titan, avec la contribution des médias, et grâce à laquelle le syndicat a pu créer un comité de santé et de sécurité afin d’élever le niveau de sécurité au sein de l’entreprise. IAMAW-États-Unis a fait part de son expérience dans le contexte de l’organisation des travailleurs employés par les fournisseurs d’IKEA en Virginie. Le STIEU-Malaisie a évoqué son combat afin d’être reconnu par la multinationale et a expliqué en quoi avait consisté l’aide du réseau de solidarité syndicale. SUNTRACS-Panama a constitué une alliance plus étendue contre les politiques néolibérales.

La session « Nos droits », menée sous forme de débat, a présenté le travail accompli par les affiliés en recourant à des outils divers pour garantir de meilleures conditions de travail grâce aux mécanismes de normalisation internationaux et aux clauses de travail. Parmi eux les systèmes de plainte de l’OIT et de l’OCDE ; les systèmes de certification des forêts et le FSC ; les lignes directrices en matière de passations de marchés ; les clauses du travail et clauses sociales. Il a également été déclaré que les clauses de travail sont un moyen important de promouvoir un salaire et des conditions de travail justes et équitables. L’inclusion des normes du travail dans les lignes directrices en matière de passations de marchés offrira par ailleurs une opportunité d’interaction avec les employeurs et permettra d’exiger que des comptes soient rendus sur la question des droits des travailleurs. L’IBB a été impliquée dans le cadre du processus concernant la Banque mondiale. Le cas de l’Ouganda a été présenté. Il a été suggéré de travailler avec d’autres banques comme EXIM (Chine), en raison des cas de violations rapportés dans le contexte des opérations associées au projet. Bien entendu, les instruments décrits ci-dessus doivent être utilisées parallèlement aux efforts d’organisation au niveau local. Un certain nombre d’entreprises, associations et organismes sont particulièrement préoccupés par leur marque. Les syndicats et l’IBB devraient donc continuer d’utiliser ce levier afin de pouvoir agir dans le domaine des droits du travail, de la négociation collective et de l’organisation syndicale.

.