Entretien avec Secil Coban de TARIM-ORMAN IS

15 October 2019 13:19











Secil Coban, une fonctionnaire du ministère de l'Agriculture et des Forêts âgée de 24 ans et membre de TARIM ORMAN-IS, raconte son histoire de victime de harcèlement sexuel aux États-Unis et comment elle a pu gagner sa cause avec le soutien du syndicat.

Pouvez-vous nous raconter votre histoire?

J'ai commencé à travailler au ministère des Forêts en Turquie il y a quatre ans. Je faisais face à du harcèlement verbal car mon patron et mes collègues me disaient comment m'habiller, comment me comporter et quel parti politique soutenir en tant que fonctionnaire. Le chef de mon département me disait constamment d’être une bonne musulmane en lisant le Coran.

Mes responsabilités professionnelles étaient telles que je devais passer beaucoup de temps dans son bureau pour l'aider. En ces occasions, il essayait de se rapprocher de moi. Au lieu de m'apporter un soutien, mes collègues, en particulier les femmes, ont soutenu mon superviseur masculin en déclarant que je le méritais à cause de mon «style».

J'ai soumis une plainte formelle au directeur général adjoint du ministère car il s'agissait de la procédure formelle. Même s'il a reconnu que mon supérieur hiérarchique me harcelait verbalement, il ne voulait pas perturber l'équilibre du ministère et a donc choisi de ne pas intervenir.

Je me suis ensuite tourné vers mon syndicat, TARIM ORMAN-IS, pour poursuivre ma plainte. Le président du syndicat a pris rendez-vous avec le ministre et j'ai pu parler directement avec le ministre. Suite à ce processus, le chef de département, mon superviseur a été suspendu de son travail. Ce résultat a eu un impact profond sur le ministère, car c’était la première fois qu’une jeune femme se levait et poursuivait de manière persistante une affaire aboutissant à une victoire avec le soutien du syndicat.

Ma victoire est pour toutes les femmes qui ont été harcelées, certaines pendant de nombreuses années.

Quelle a été la réaction de vos collègues?

Mes collègues ont été extrêmement surpris, mais plus important encore, ils ont compris que le harcèlement sexuel sur le lieu de travail ne sera pas toléré. De nombreux travailleurs se sont adressés à moi et m'ont demandé conseil sur la manière de lutter contre toutes les formes de harcèlement et de violence sexuelle.

Comment les syndicats peuvent-ils soutenir les travailleuses victimes de harcèlement sexuel et de violence?

Les syndicats jouent un rôle important dans la lutte contre le harcèlement sexuel et la violence. Dans les cas où les femmes sont harcelées, les syndicats peuvent négocier directement avec les employeurs et les dirigeants. Si je n'avais pas l'appui de mon syndicat, je n’aurais jamais pu contacter le ministre pour parler de mes problèmes. Il est important que les femmes sachent que les syndicats sont là pour défendre leurs droits en toutes circonstances.

Je pense qu'il est important que les syndicats négocient des clauses spécifiques dans les conventions collectives pour lutter contre la discrimination, le harcèlement et la violence à l'égard des femmes. Des processus et des mécanismes spécifiques doivent être en place pour le dépôt et le règlement des plaintes et, plus important encore, pour mettre fin à toutes ces pratiques.

Je suis aussi une femme qui a récemment adhéré au syndicat. À cet égard, mon conseil serait de leur rappeler qu’elles ne devraient pas hésiter ou avoir peur de lutter contre la domination masculine et la violence à l'égard des femmes. Elles devraient comprendre que ce combat deviendra sûrement plus fort lorsqu’elles adhéreront à un syndicat et feront ainsi partie du mouvement syndical.